Préhistoire du Maroc

La préhistoire

L’homme est déjà présent, vers 800 000 av.J-C, sur le rivage atlantique, comme en témoignent les ustensiles préhistoriques retrouvés à Casablanca, les plus anciens d’ailleurs, d’Afrique du nord. Vers 5000 ans av.J-C, de nouvelles populations du Proche-Orient cohabitent et se mêlent aux descendants des premiers habitants du Maroc. Ces nouveaux venus sont les descendants de la famille des Berbères, élargie du fait de divers apports méditerranéens.

Le Pastoralisme

Vers 1600 av J-C., à l’âge du Bronze, des pasteurs Berbères gravent sur des rochers du Haut Atlas des dessins de poignards, de hallebardes, de haches et de boucliers, motifs utilisés autrefois par les Mauritaniens pour illustrer les deux grandes activités du moment : la chasse et la pêche .

L’antiquité

Vers 800-600 av J-C., le Maroc entre dans l’histoire. L’écriture libyque, inventée par les Berbères, apparaît dans l’Atlas et des représentations de Phéniciennes sont reproduites sur des poteries repérées sur l’île d’Essaouira vers 500 av J-C. Les Ethiopiens, « ceux qui sont brûlés par le soleil », s’installent au Maroc. Casaniers au nord, ils vivent dans des logis troglodytiques ; au sud, cavaliers nomades, ils s’adonnent à la chasse. Les Atlantes, quant à eux, occupent le centre de l’Atlas et donnent leur nom à l’océan Atlantique.

Au IV ème siècle av. J-C., naissance de la Mauritanie

Les Grecs nomment les « Mauriciens » les Libyens occidentaux, appellation que les habitants du Maroc et de l’Algérie occidentale actuels se donnent eux mêmes. Entre 25 av J-C. et 23 ap. J-C, Juba II, Roi de Mauritanie, est installé à la tête du Royaume par Auguste et réside à Volubilis . Il décrit le pays dans un ouvrage repris plus tard par Pline . Il installe des fabriques de pourpre sur l’île de Mogador, au large d’Essaouira, et sillonne les îles Canaries grâce à sa flotte maritime.

En 42 ap J-C., la conquête romaine

Les armées Romaines prennent possession de la Mauritanie Tingitane, mise en valeur par la création des routes, ce qui a donné lieu à un essor agricole et une activité commerciale intense. Tingis, Lixus, Volubilis, Benassa se développèrent. L’influence romaine se conservera au sud, jusqu’en 429, date du passage des Vandales dans cette partie de la Mauritanie Tingitane . Il semblerait qu’à partir de 533, les flottes Byzantines puis Wisigothe aient occupé Ceuta et Essaouira ; il ne subsiste que de rares traces de leur passage.

La conquête musulmane

L’islamisation : dès 682, le chef Arabe Oqba Ibnou Nafi’i, fondateur de Kairouan, la première cité musulmane en Tunisie, entame un raid jusqu’aux côtes atlantiques. Berbères et Byzantins se soulevèrent alors contre l’envahisseur, mais les Arabes musulmans parviennent à étendre leur domination, faisant ainsi progresser l’islamisation des populations.

La crise du califat : la domination musulmane se consolide malgré la formation de Royaumes (Imarat) aux convictions   religieuses  peu avenantes, comme le Royaume kharidjite de Sijilmassa, dans le Tafilalet, ou celui de Berghouata, sur le littoral atlantique. En 740, éclate une importante révolte contre la Grande Autorité de Damas, siège du Califat Omeyyade. Peu à peu, le Maroc échappe à leur pouvoir, et se morcelle en nombreux Royaumes et Principautés.